Se libérer des croyances limitantes qui nous empêchent d’avancer

Nous avons tous en nous des scénarios qui nous enferment, des croyances limitantes qui nous empêchent de faire les choses que l’on souhaiterait. Vous savez ces petites phrases assassines que notre mental nous assène dès que l’on veut faire quelque chose de nouveau :

« Je n’y arriverais jamais, je ne suis pas à la hauteur, je n’ai pas le niveau, pas les bonnes études, pas le bon CV… »

« Je suis trop timide personne ne m’écoutera, pas assez belle/ beau, trop gros.se… »

« C’est trop risqué, je vais me planter… »

« Personne ne voudra de moi / de mon service/ de mon produit… »


La plupart d’entre nous portent une attention sur la nourriture que nous ingurgitons, les vêtements que nous allons mettre pour telle ou telle occasion. Nous choisissons nos amis, les activités qui occupent notre temps. Mais choisissons-nous nos pensées ?


Pourtant Siddhartha Gautama (dit le Bouddha) nous enseigne :

« Nous sommes ce que nous pensons. Tout ce que nous sommes résulte de nos pensées. Avec nos pensées, nous bâtissons notre monde. »


« Que vous pensiez être capable ou incapable, dans les deux cas vous avez probablement raison. » Henry Ford


L’attention sélective


Les neurosciences de leur côté nous expliquent que le cerveau est sans cesse bombardé de millions d’informations. Ne pouvant tout intégrer il doit forcément faire une sélection. Il va alors ignorer certaines informations qu’il juge non indispensables et stoker celles qu’il juge importantes sous forme de souvenirs qui influenceront par la suite nos actions et fonctionnements, mais aussi nos croyances ultérieures et donc nos pensées. Le filtrage s’effectue au niveau du thalamus qui fait partie du système limbique qui lui régit nos réactions primales et ancestrales telles que la peur. Et pour notre cerveau, tout nouveau scénario, lieu ou personne représente une menace.


Comment le cerveau effectue-t-il ses sélections ? Et bien, il va juger qu’une information ou un élément est important en fonction de nos croyances, de nos expériences passées et de la valeur que l’élément en question représente pour nous. Et tout ce qui ne correspondra pas à nos croyances ou valeurs ou tout ce qui représentera une menace sera jugé et rejeté comme « inintéressant ».


Pour vous illustrer concrètement ce que cela peut donner dans la vie de tous les jours et la manière dont agissent nos croyances limitantes, j’ai choisi l’exemple d’Hélène.


Hélène est célibataire à 40 ans et après plusieurs expériences amoureuses très décevantes elle s’est persuadée qu’elle tombe toujours sur des "loser". Hélène a intégré cela dans son système de croyance ce qui fait que lorsque, par exemple elle se trouve dans une soirée, son cerveau programmé pour ne repérer que les "losers" ne verra même pas qu’il y aussi des hommes très bien dans la salle. Peut-être même que l’homme de sa vie se trouve dans la pièce, mais il sera traité comme une information non essentielle, car ne correspondant pas à la croyance d’Hélène. Ainsi, ce soir là encore, Hélène ne rencontrera que des "losers"ce qui renforcera encore un peu plus sa croyance.


Grâce à Hélène vous comprenez sûrement mieux comment la manière dont on pense influence notre perception de la réalité, mais aussi nos conditions de vie matérielle, nos relations et les situations que nous attirons dans notre vie. En clair : notre façon de penser détermine notre existence !


Mais la bonne nouvelle, nous dit les neurosciences, c’est que notre cerveau à une capacité à l’adaptation et au changement, cela s’appelle la neuroplasticité neuronale.


Vous aider à vous libérer des croyances qui vous empêchent d’avancer est une étape importante du processus de coaching.

Un bon coach sera capable de repérer dans votre langage ou votre façon de vous exprimer les pensées qui vous limitent et les scénarios qui vous bloquent.


  1. Identifier vos croyances limitantes est la première étape pour vous en libérer, car on ne peut changer que ce dont on conscience.

  2. Par mes questionnements, je vous aide à comprendre ce qui vous a amené à penser de cette façon. Il se peut que cette croyance vienne de votre enfance. Par exemple, une famille avec une valeur travail très forte pourrait vous avoir répété toute votre enfance que "dans la vie on n'a rien sans rien, qu’il faut travailler très dur, qu’on doit souffrir pour obtenir ce que l’on veut, que prendre du temps pour soi à se regarder le nombril c’est égoïste et qu’on n'arrivera à rien de bon dans la vie avec cette attitude…" Ou de vos expériences passées : souvenez-vous de Hélène qui avait expérimenté plusieurs relations amoureuses difficiles et qui s’était emmurée dans la croyance qu’elle ne tombait que sur des "losers".

  3. Ensuite, je vous aide à prendre conscience de l’aspect limitant de cette croyance. Qu’est-ce que cette croyance vous empêche de faire ou de réaliser ?

  4. Puis, ensemble nous identifions quelles sont les croyances aidantes sur lesquelles vous pouvez vous appuyer.


Dorénavant, à chaque fois que votre mental revient avec ses peurs, vous les voyez, vous les entendez mais la grande différence est que vous ne les croyez plus. Vous pouvez à présent vous concentrer consciemment sur vos croyances ressources et ainsi avancez plus librement vers ce que VOUS désirez vraiment.



Pour terminer cet article sur les croyances limitantes, je partage avec vous ce conte de sagesse amérindienne que je trouve très inspirant :


Le Loup blanc et le Loup noir


C’est l’histoire d’un enfant qui, comme tous les enfants, joue, rêve et se pose beaucoup de bonnes questions.

Un jour, il va voir son grand-père, le vieux sage du village et lui demande “Dis-moi, Grand Père, parle moi des Hommes ?”

Alors son grand-père, avec ses mots, l’emmène en voyage. Il lui parle de territoires immenses, connus et inconnus et des êtres que l’on y trouve. Il lui raconte qu’en chaque Homme vivent deux loups :

Le loup noir, sombre, manipulateur, envieux, colérique, hargneux et menaçant, qui hurle la nuit, se cache, se bat avec les uns et dévore les autres, terrifie, domine par la peur et tue.

Il lui raconte aussi le loup blanc, accueillant, équitable, joyeux, solidaire et fraternel. Pacifique, lucide, il protège les siens et soutient les autres, attentif, généreux et confiant.

Puis il lui dit : “Tu vois, l’Homme a ces deux loups en lui. Chacun de nous abrite en lui un loup noir et un loup blanc qui ne cessent de s’affronter.”

L’enfant réfléchit et lui demande : ” … et c’est lequel des deux loups qui gagne ?”

Alors, le vieux lui répond doucement : “Celui qui gagne, …… c’est celui que tu choisis de nourrir !”



Et vous, lequel des deux loups allez-vous choisir de nourrir ?

138 vues0 commentaire